Notre groupe
Sup'Édition, livre-projet Aux noms de Tours, 2012

Livre Aux noms de Tours

Article publié le 05/11/2013

Le making-of d’une histoire de noms de rues

Livre Aux noms de Tours, 2012

Aux noms de Tours est un livre dont le contenu (textes, photos, illustrations) a été entièrement réalisé par les étudiants de la Promo Michael Hart, lors de leur première année d’études 2011-2012.

Le choix du sujet

Les étudiants de la seconde promotion de l'école du Cercle digital (ex-ESTEN) se sont livrés au même exercice que celui de leurs aînés : réaliser un livre sur la Touraine qui devait être imprimé et façonné dans cette région.

A alors débuté tout le processus de réflexion sur ce qu’est un livre, comment on le crée et surtout sur quoi il portera. Pour ce faire, les étudiants ont mené des études de marché sur les demandes des lecteurs et ce qui se faisait déjà dans le domaine du livre sur la Touraine.
Chacun a également pu présenter des idées et voter pour celle qu’il pensait la plus prometteuse.

Le thème de l’origine des noms de rues est celui qui a remporté les suffrages et sur lequel les étudiants ont travaillé pendant toute une année, mettant ainsi en valeur leur savoir-faire et les connaissances acquises en cours.

Les recherches

Il a fallu un énorme travail de préparation pour le contenu, définir les rues que les élèves souhaitaient intégrer, selon quels critères et dans quel périmètre.
Le livre a été pensé comme un ouvrage que l’on pourrait consulter chez soi, mais aussi en déambulant dans les rues de Tours, c’est pourquoi le choix du centre-ville a été très vite adopté. Par la suite, le choix des rues et places s’est cristallisé assez rapidement autour de noms de personnes (nées à Tours ou qui avaient œuvré pour la ville), de noms insolites, religieux, anecdotiques ou encore liés à la Loire et aux métiers qui expliquaient l’histoire de la ville, mais aussi sa richesse culturelle.
Une fois la sélection faite, les étudiants se sont réparti les rues et ont effectué les recherches à la bibliothèque, aux archives et auprès de spécialistes. Tous les textes ont ensuite été harmonisés tant au niveau du style que du contenu pour créer une cohérence au fil de l’ouvrage et s’adapter au format choisi : une rue est en effet traitée avec une photographie et un texte.

Recherches aux archives de la ville de Tours

Recherches aux archives de la ville de Tours


Photographies & Retouches

L’appropriation des rues (et de leur histoire) étant à maturité, les étudiants ont été les prendre en photo, dans le but d’exposer des endroits particuliers, mais aussi de mettre en valeur l’architecture et la beauté de la ville.
Tours a subi un grand nombre de mutations suite aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale, ce qui a rendu son paysage urbain très hétéroclite. Les étudiants ont donc parfois dû faire preuve d’inventivité pour mettre en valeur des rues à l’aspect récent ou au contraire très ancien.
La plupart des photographies ont ensuite été retouchées pour faire ressortir les couleurs, enlever des éléments disgracieux (comme les poubelles, les câbles, des saletés, des graffitis), donner une tonalité de couleurs plus chaudes ou même lorsqu’il le fallait redresser les images déformées par l’objectif de l’appareil photographique.

Retouches photos sur Photoshop

Des antennes, des poubelles, des plaques d’immatriculation à masquer, et des couleurs plus vives.


Structure de l’ouvrage (découpe par quartiers et zones, couleurs…)

Les étudiants ont pensé ce livre comme une aide attrayante à la compréhension de l’histoire, composée d’anecdotes et d’explications, tant pour les Tourangeaux que pour ceux qui découvrent la ville de Tours pour la première fois. Il fallait donc que le livre soit beau, agréable à parcourir et aéré.

Pour rompre avec le fil continu de la maquette, des rues ont été rattachées à d’autres sous le leitmotiv « non loin de là… » ce qui permet au lecteur de découvrir d’autres lieux.

Pour facilité le repérage spatial du lecteur, un choix de découpe par zones et à l’intérieur de ces zones par quartier s’est rapidement pressenti. Chaque rue ou place s’est donc vue distribuée dans un quartier, lui-même intégré à une zone, introduite par un court paragraphe historique explicatif de l’ensemble.
Pour que ce repérage se fasse tant textuellement que visuellement, des couleurs ont été attribuées, d’abord aux zones puis aux quartiers par un jeu de camaïeux, rappelant l’ensemble plus vaste dans lequel ils se trouvent.

Gamme de couleurs du livre Aux noms de Tours

La maquette – choix du format / illustrations / typographies

Pour être à la fois agréable à transporter, mais aussi confortable pour la lecture des textes et des photographies, un format horizontal a été retenu, ce qui a permis un jeu sur les dessins, mais aussi les pictogrammes.
Les étudiants ont ainsi réalisé des éléments visuels forts, pour marquer l’identité d’un lieu ou d’un quartier : dessins, pictogrammes, etc. Dans un souci de localisation claire et efficace, les étudiants ont dessiné des cartes pour permettre au lecteur/promeneur de se repérer dans un quartier, mais aussi de pouvoir découvrir les rues qui le composent, grâce à un système de numérotation.

Les typographies choisies ont pour but de mettre en valeur le texte de manière lisible et épurée.
Trois typographies bâton, sobres et modernes ont été choisies par les étudiants qui les ont déclinées à travers l’ouvrage : la Futura T (par exemple pour les titres, les zones, les quartiers et les noms de rues), l’Avenir book 45 (pour les textes, la pagination, les lettrines) et la Century Gothic (pour légendes).

Pictogramme à partir de croquis réalisé sous Illustrator

Du croquis au pictogramme sous forme de filet…


La couverture

La couverture a également été réalisée par les étudiants : photographies, mise en pages, rédaction de la 4e de couverture, création du flash code, disposition du logo, choix des couleurs, etc. Cette expérience s’est faite à la fin de la réalisation de l’ouvrage. Une vue de Tours avec la bibliothèque et la cathédrale a été choisie, car elle est emblématique du patrimoine culturel de la ville et révèle sa richesse architecturale.

L'impression du livre


L’imprimerie

Enfin, les étudiants ont eu la chance de suivre les dernières étapes de la création de leur livre en se rendant à l’imprimerie. D’abord pour des rendez-vous lors desquels ils ont pu visiter l’imprimerie et choisir les finitions de leur livre (couleur des pages de garde, de la tranchefile, choix du papier). Puis, suite à la réception du BAT (Bon À Tirer) ils ont assisté à l’impression du livre. Cela a été une véritable leçon de fabrication et l’aboutissement d’une année de travail pour le groupe.

La mise en vente

La vente des livres dans les librairies tourangelles et à l’Office du Tourisme a été, une nouvelle fois, une très belle récompense pour les étudiants qui ont eu la chance de se voir éditer et ce dès la première année de leur cursus à l'école du Cercle digital.

Top